samedi 16 décembre 2006

La Maîtresse

Et pour la première fois ici (oui, parce qu'avant c'était ), je poste ma participation à Paroles Plurielles, pour la consigne 36. J'ai manqué deux consignes mais elles ne m'inspiraient pas particulièrement. Pour celle ci, je ne sais pas ce qu'il y a eu, juste un déclic hier soir. J'espère que ça vous plaira !

La maîtresse.

« Je crois bien que j’ai attrapé un coup de soleil, un coup d’amour, un coup de je t’aiiiiiiiimme »
« Mais non Christine - Ca, c’est Maman, elle m’apprend la chanson pour le spectacle de l’école – Tu te trompes dans les paroles, allez, on reprend ! »
Mais je le savais que ce n’étaient pas les bonnes paroles, je l’ai fait exprès ! Le coup de soleil, je connais mais le coup d’amour ou le coup de je t’aime, quelle idée ! Elle est nulle sa chanson. En fait, ce n’est pas la chanson de Maman, c’est celle de Carine, sa copine. Mais Carine c’est aussi ma maîtresse à l’école et c’est elle qui choisit la chanson du spectacle. Sauf que comme Carine c’est la copine de Maman, c’est Maman qui lui a dit de choisir cette chanson là. Elle l’a choisie parce qu’elle sait que je la connais, je l’ai tellement entendue ! Comme ça je serai la meilleure pour le spectacle. Je ne vois pas trop à quoi ça sert mais ça a l’air de lui faire plaisir à Maman.
En fait, c’était la chanson que Papa et Maman chantaient tout le temps, quand Papa aimait encore Maman plus que Carine. Parce que mon Papa il est parti. Avec la maîtresse elle a dit Maman. Et la maîtresse c’est Carine. Enfin, c’est ce que Maman elle me dit. Elle me dit tout le temps : « Carine c’est ma copine et quand elle vient à la maison, c’est ta copine aussi. Mais à l’école, c’est la maîtresse, ne l’oublie pas ». Du coup, puisque Carine c’est la maîtresse quand elle n’est pas chez nous, et que Papa est parti avec la maîtresse, je crois bien que Papa est parti avec elle. Mais là, il y’a des choses que je ne comprends pas. D’abord, j’ai bien regardé partout à l’école, même dans les toilettes des garçons, et je n’ai pas vu Papa. Il est peut-être parti dans une autre école, mais les autres écoles sont loin, ça doit être pour ça qu’il n’est pas encore revenu. Et puis aussi, je ne comprends pas pourquoi Papa a besoin d’une maîtresse. Il m’a toujours dit qu’il avait bien travaillé à l’école quand il était petit, la preuve, maintenant il gagne plein d’argent. Alors pourquoi il aurait besoin d’une maîtresse, hein ? Trop compliqué les histoires des grands ! Moi quand je serai grande, je serai Maîtresse. Comme ça si mon mari il a envie de retourner à l’école, il n’aura pas besoin de partir avec la maîtresse puisque la maîtresse ce sera moi ! N’empêche que là il me manque mon Papa !
Allez, Maman a remis la musique, on va bien rire. Et, quand on rit bien comme ça, Maman elle dit toujours « Ah ! On prend un sacré pied à rire comme ça, hein ma Christine ! ». Je ne vois pas ce que le pied vient faire là, mais bon, si ça lui fait plaisir …
« J’ai encore attrapé un sacré coup de soleiiiiiiiillllll … »

5 commentaires:

  1. Merci :D ... C'est comme ça que tu révises ? :p

    RépondreSupprimer
  2. Hey c'est super mignon ! Une vrai tranche de vie, servi par très bonne focalisation interne, on resent très bien le désarroi de la gamine :)

    RépondreSupprimer
  3. Joliment écrit ^^
    J'aime beaucoup l'interrogation de la ptiote sur la 'maîtresse', c'est bien senti.

    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer